Ma prorité, défendre le territoire dans la Métropole

Interview

.métropole

Le 23 mars 2016, Sylvia Barthélémy a été reconduite à la tête du Pays d’Aubagne et de l’Étoile lors de la première séance du Conseil de territoire en obtenant au 1er tour la majorité absolue de 43 voix sur 61.

Elle siègera également au Conseil métropolitain comme vice-présidente de droit.

Cette élection à la majorité absolue et dès le 1er tour vous conforte à la tête du territoire, comment l’interprétez-vous ?

J’en suis très heureuse et je remercie les maires et les conseillers territoriaux de m’avoir renouvelé leur confiance. Je saurai en être digne pour défendre, comme je l’ai toujours fait, les intérêts de notre territoire au sein de la Métropole Aix-Marseille-Provence.
Quand je suis arrivée à l’Agglo, il n’y avait pas de majorité et je pense avoir su créer un climat de confiance auprès des maires. Pendant ces deux années, je me suis efforcée de tenir compte de toutes les communes, de la plus grande à la plus petite, et de veiller à un juste équilibre entre elles quelle que soit la couleur politique de son maire. Ma volonté est de bâtir un avenir à ce territoire, d’inventer, d’innover, d’avancer. Et pour avancer vite, ma conviction est que nous devons le faire ensemble. Cela est plus que jamais indispensable aujourd’hui au sein de la Métropole.
Les habitants n’ont que faire des querelles de partis, ce qu’ils attendent de nous c’est que nous agissions pour leur cadre de vie, leur emploi, leur habitat… Nous avons déjà fait beaucoup et je crois que c’est aussi ce bilan de deux ans de travail que les élus ont approuvé en m’élisant une seconde fois.

Quelles sont les actions que vous avez portées et lancées depuis 2014 et dont vous êtes la plus fière ?

Elles sont nombreuses ! En quelques chiffres, je citerai un budget assaini alors qu’il était en déficit de 3 M€ ; 18 M€ de subventions de l’État pour le Val’Tram, dossier sur lequel la présidente du Département, Martine Vassal, s’est engagée à apporter un soutien financier. Nous avons aussi tout mis en œuvre pour sécuriser la gratuité des transports en déléguant la prochaine DSP à notre partenaire Façonéo.

Ma volonté est de bâtir un avenir à ce territoire,  d’inventer, d’innover, d’avancer. Et pour avancer vite, ma conviction est que nous devons le faire ensemble.

Pour les communes, je retiens également les 18 projets d’intérêt commu-nautaire qui seront présentés à la Métropole, les 30 % de visiteurs supplémentaires à la journée de l’entreprise, ouverte pour la première fois à l’international, la création des Nouveaux Paluds pour développer l’attractivité de la zone, la pépinière à vocation européenne, le Lab’Emploi auquel adhère déjà plus d’une centaine d’entreprises. Notre bilan, c’est aussi, 1 500 logements engagés, 400 000 € investis pour la rénovation des centres anciens, la création de la première zone agricole protégée à Cuges-les-Pins, le lancement d’une opération pilote d’agroforesterie et l’offre touristique boostée par l’année Marcel Pagnol 2015 et le Bel été du Pays d’Aubagne et de l’Étoile. Je suis également très fière de tout le travail accompli en matière de déchets et de tri. Notre appel à projet a été retenu par Éco-Emballage. Cette entreprise d’intérêt général, agréée par l’État, va nous soutenir financièrement à hauteur de 600 000 € pour mener à bien notre projet d’installer 50 nouveaux conteneurs enterrés cette année. Nous avons ouvert les 4 déchèteries en continu et nous finalisons la création d’une Ressourcerie, la plus grande de la Région Paca.

Quelle va être désormais votre marge de manœuvre pour mener à bien vos projets puisque la Métropole est installée ?

En qualité de présidente du Territoire du Pays d’Aubagne et de l’Étoile, je suis de droit vice-présidente de la Métropole avec pour seule délégation, celle de représenter le territoire. Mon rôle naturel sera à la fois de garantir les intérêts de nos habitants et de défendre nos dossiers devant la Métropole. Il faudra être vigilante pour chacun d’eux et se battre, je n’en doute pas, car des choix et des priorités devront être opérés. Ce sera ma mission première pour que ce territoire soit plus dynamique que jamais et surtout qu’il ne soit pas oublié.

Les Conseils de territoire auront-il réellement un poids au sein de la Métropole ?

La loi prévoit que toutes les compétences de proximité redescendent aux Conseils de territoire tandis que la Métropole se consacre aux grands schémas, à la stratégie d’ensemble. Nous avons un budget propre délégué par la Métropole via un « état spécial de territoire » qui concerne à la fois le fonctionnement et l’investissement. Nous serons l’opérationnel, mais à nous aussi d’être force de propositions pour bâtir une Métropole cohérente et ambitieuse. Il n’est pas question que les territoires soient des coquilles vides, nous serons des sources d’énergie.

Quelle est la priorité aujourd’hui ?

Après un trimestre de paralysie totale, due aux recours contentieux et à la décision de suspension prise par le Conseil d’État, il faut rattraper notre retard. Heureusement, depuis l’élection anticipée du 9 novembre 2015, les budgets ont pu être préparés grâce au travail intensif de nos DGS ainsi que de leurs services. Mais nous avons perdu du temps pour la mise en place des rouages de la nouvelle Métropole, et le fonctionnement de nos ex-collectivités a été déstabilisé par l’inaction qui leur a été imposée. Il nous faut mettre les bouchées doubles maintenant.

Nous avons de nombreux projets engagés, ils doivent aboutir. À l’heure actuelle, nous avançons sur le Val’Tram, dont l’enquête publique est prévue à l’automne, sur le Chronobus, dont l’étude de faisabilité va être lancée, et sur la pépinière des Paluds. Nous préparons également des événements pour la mise en réseau des acteurs économiques et aussi à la nouvelle édition du Bel Eté.

 

Le moment est venu pour les élus de reprendre la main sur l’administration, puisqu’ils ont été mis de côté jusqu’à présent. Nous avons démarré ce travail commun en avril ; il nous faut agir au plus vite sur le pacte de gouvernance financier et fiscal, notamment. La machine doit être lancée et l’avenir n’attend pas. Les habitants, les acteurs économiques, sociaux, culturels… attendent de nous des actes.

Quelle sera votre implication au sein de la Métropole et dans le Pays d’Aubagne et de l’Étoile ?

Je vais travailler, prioritairement, aux côtés de quelques élus désignés, à l’élaboration du pacte de gouvernance financier et fiscal, ainsi qu’à l’établissement du règlement intérieur de la Métropole. Je serai, bien sûr, membre d’une commission d’importance mais je ne me priverai pas d’assister à toute commission où je pourrai porter nos dossiers. Le Territoire du Pays d’Aubagne et de l’Étoile est ma priorité et le seul motif de mon implication. Nous avons de nombreux projets engagés, ils doivent aboutir. À l’heure actuelle, nous avançons sur le Val’Tram, dont l’enquête publique est prévue à l’automne, sur le Chronobus, dont l’étude de faisabilité va être lancée, et sur la pépinière des Paluds. Nous préparons également des événements pour la mise en réseau des acteurs économiques et aussi à la nouvelle édition du Bel Eté.

Publié le : 
26 avr 2016