Marcel

a retrouvé le Sud

Nicolas Pagnol, lors de l’inauguration de l’exposition « De l’encrier au projecteur », au Centre d’art des Pénitents noirs, à Aubagne.
.événement

Pas de doute, le Pays d’Aubagne attendait le retour de Marcel Pagnol sur sa terre natale. 50 000 personnes se sont rassemblées pour le lancement, en février de l’année MP2015. Et 23 000, cet été, ont suivi ses pas dans les collines, au Petit monde, à la Maison natale, et ont renoué avec son œuvre sur les places « de villages.

Ces retrouvailles, Nicolas Pagnol, son petit-fils, en rêvait. « Je suis très heureux de ce succès. En même temps, je ne suis pas surpris, tout le monde aime Marcel. En fait, je ne suis plus surpris de rien depuis que j’ai vu 50 000 personnes le 28 février ! » Une journée particulière, que ce 28 février, 120e anniversaire de la naissance de son grand-père, marquée par la communion de la population autour d’un seul homme : « J’étais submergé par l’émotion », confie-t-il discrètement.

Bien plus qu’un simple hommage hagiographique, cette année MP 2015 a été une formidable mise en lumière de l’œuvre féconde du dramaturge : de la conférence de Karin Hann sur « Pagnol et les femmes », en passant par les rencontres Terres d’enfance, où se sont succédé Irène Frain, Guy Goffette, Daniel Picouly et Azouz Begag, c’est un regard bien loin de l’image éculée qui a été proposé. « Pagnol a une image très belle, mais je recherche aussi la qualité. Pendant trop longtemps, il y a eu peu de gens pour donner une autre vision de lui que les pagnolades et les santonades. Mon souhait est de le remettre à sa juste valeur ; son œuvre est de la grande littérature. » Sortir de la caricature pour célébrer l’écrivain de génie, le cinéaste curieux, l’inventeur espiègle..., c’était ça aussi l’année Pagnol.

L’exposition « De l’encrier au projecteur », présentée au Centre d’art des Pénitents noirs jusqu’au 30 jan- vier en est le parfait exemple. Photos et lettres iné- dites, mallettes de tournages mais aussi sa fameuse Topazette et son illustre boulon indéboulonnable !

Mais le point le plus positif reste selon lui « la réinstallation de Marcel dans le Sud. Cette année, en Provence comme à Paris, tout le monde s’est fédéré autour de Marcel, nous avons désormais une cartographie de ceux qui aiment Pagnol. Cela n’aurait pas été possible sans son réenracinement dans le Sud ».

La page qui s’est écrite en 2015 n’est que la première d’un long recueil. Un musée, des rendez-vous de cinéma, de théâtre... : les idées ne manquent pas pour prolonger le retour de Pagnol. Et puis ce rêve (encore un) de Nicolas Pagnol de reconstruire les dé- cors de la ferme d’Aubignane et de la ferme d’Angèle... L’histoire ne fait que commencer.

« De l’encrier au projecteur » : du mardi au vendredi de 10h à 12h et de 14h à 18h ; le samedi de 10h à 20h

DANIEL SCATURRO
INVESTIT LA CITÉ DE L’ART SANTONNIER

Daniel Scaturro expose à la cité de l'art santonnier Il expose jusqu’au 8 mai 2016 l’ouvrage de toute une vie à la Cité de l’art santonnier Thérèse-Neveu. Daniel Scaturro vient de mettre un terme à sa carrière pour se consacrer à sa passion de sculpteur portraitiste et de musicien de jazz, puisqu’il dirige aussi l’orchestre Aubagne Jazz Band. Quoi de plus logique que de rendre hommage au célèbre santonnier aubagnais qui n’a eu de cesse, à travers son travail, de faire rayonner le pays de Pagnol ! Un créateur hors norme qui a côtoyé les plus grands et a été convié dans nombre d’émissions du petit écran grâce à une aptitude unique, celle de santonnifier des personnalités. Des répliques d’acteurs et d’hommes politiques qui n’ont rien à envier aux personnages de cire du musée Grévin et que l’on retrouvera, en bustes et en figurines, dans les murs de la Cité de l’art santonnier à Aubagne :

« J’y mettrai aussi plusieurs crèches, dont celle qui m’a permis d’obtenir le titre de Meilleur ouvrier de France en 1997. Figurera également celle qui a eu les faveurs de deux premiers prix internationaux, à Rome et dans la ville belge de Krippana. Mais aussi des scènes de la vie provençale, telles la farandole et la transhumance... » Soit près de 250 pièces. De quoi retracer la carrière de celui qui se destinait à la musique et à sa vocation de concertiste, avant de changer d’horizon et de se consacrer à la création dans l’argile, devenue une passion. Bien en a pris à Daniel Scaturro, qui a cumulé les récompenses et les distinctions en France mais aussi hors des frontières tout au long de sa vie de santonnier.

Informations : 04 42 03 43 10.

L’année Aubagne Capitale Marcel Pagnol 2015 a permis à notre ville et aux communes du Pays d’Aubagne et de l’Étoile de rayonner, bien au-delà des limites de notre territoire, pour le plus grand bonheur des Aubagnais ! Merci Monsieur Marcel Pagnol.

Gérard Gazay, maire d’Aubagne.

 

 

 

 

 

 

 

LES MÉCÈNES DE L’ANNÉE MARCEL PAGNOL 2015 TÉMOIGNENT

 

  • Serge Melniczuk, McDonald’s
    « Marcel Pagnol, c’est l’image emblématique qui me vient à l’esprit lorsque je pense à ma ville et à ma région, il entre forcément dans ma culture. »
  • Lionel de Abreu, NAP
    « Le groupe NAP est né en 2001 à La Penne-sur- Huveaune. J’ai donc voulu m’engager en tant que mécène car j’ai trouvé séduisante cette initiative de relais, de MP 2013 à MP 2015, propice à faire parler de notre territoire. »
  • Franck-Olivier Rossignolle, Transdev
    « Le soutien à MP 2015 entre dans notre politique en termes de mécénat : nous nous positionnons toujours dans l’accompagnement sur une logique de territoire, en soutenant les actions phares qui y sont développées. »
  • Laurent Amar, NGE
    « Nous avons dit oui au mécénat de MP 2015 car notre groupe, spécialisé dans les travaux publics, œuvre sur toute la planète mais revendique ses racines provençales et l’année Marcel Pagnol. Par ailleurs, notre président, Antoine Metzger, voue une passion à Pagnol, dont il possède l’intégrale des œuvres reliées dans son bureau ! »
  • Vincent Ruquier, Cepac
    « Notre centre d’affaires est implanté depuis trois ans sur le territoire. Il nous paraissait donc naturel de poursuivre notre implication dans l’économie régionale en soutenant l’année Marcel Pagnol. »
  • Sonia Parent, Cultura
    « Cultura est une enseigne de culture vendant, notamment, beaucoup d’ouvrages de Marcel Pagnol. Étant nouvellement implantée sur le territoire, il me paraissait difficile de ne pas m’engager dans le soutien de MP 2015. »
  • Thierry Berger, UPE 13
    « Le rayonnement de notre territoire est un vecteur de croissance et de création de valeur pour nos entreprises. Être partenaire d’un tel événement, c’est, pour les entreprises, affirmer leur engagement pour un territoire fort et dynamique qui allie qualité de vie et performance économique. »
  • Luc Bouvet, Eiffage
    « Rendre un hommage à l’un des plus grands créateurs du xxe siècle, Aubagnais de surcroît, en permettant aux habitants de notre région de se replonger dans ses œuvres inoubliables était pour nous un acte fort dans notre engagement d’acteur social et sociétal. »
Publié le : 
10 déc 2015