Edito

Aubagne le 25 novembre
 

L’inhumanité a frappé. La folie humaine. Les attentats du 13 novembre à Paris nous ont tous glacés d’effroi, laissés sans voix et le cœur lourd.

Bien sûr, dans de telles circonstances, comment ne pas avoir peur, pour les siens et pour les autres. La peur est légitime, mais elle est aussi paralysante.

Alors, la question que nous nous posons tous aujourd’hui est : comment réagir ? Etre lucides et dignes face à la situation exceptionnelle et traumatisante qui nous est imposée est une première étape. Mais les jours et les mois suivants ? En cas de nouvelles attaques terroristes ?

Nous savons qu’il ne faut en aucun cas céder à la résignation qui conduit à la passivité, mais au contraire faire preuve de courage et de détermination pour accepter l’inacceptable et parvenir à la résilience, avoir cette force d’âme indispensable pour nous reconstruire sur les événements tragiques que nous traversons et surmonter enfin cette peur par la solidarité et l’intelligence.

Car ce que les terroristes ont visé le 13 novembre, c’est ce que nous sommes, intrinsèquement, des hommes et des femmes libres et éclairés. C’est là qu’est notre force, notre ADN. Nous sommes les enfants de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, les héritiers des philosophes des Lumières ; nous sommes les fils et les filles de Voltaire et Rousseau, de De Gaulle et Jean Moulin, de Jaurès et Clemenceau, de Marie Curie et Camus, de Colette et Simone Veil. Nous sommes la liberté, l’égalité et la fraternité.

C’est dans le vide de la pensée que s’inscrit le mal. Alors replongeons nous dans « L’Esprit des lois » de Montesquieu et l’œuvre d’Hannah Arendt, continuons à lire, réfléchir, critiquer, dessiner, rêver, construire et inventer, à dîner en terrasse et assister à des spectacles pour défendre le vivre ensemble, la vie et la liberté, qui fait ce que nous sommes et que haïssent tant nos agresseurs.

Dans ce contexte si particulier, il est bien difficile de revenir à nos enjeux et nos problématiques locales. Et pourtant, la vie doit continuer, nous devons avancer avec volonté, persévérance et confiance pour construire notre territoire d’avenir qu’est le Pays d’Aubagne et de l’Etoile. Ce magazine lève le voile sur les actions que nous portons et l’avancement de nos projets. Je vous en souhaite bonne lecture.

Enfin, maintenant plus que jamais, je vous souhaite de passer de bonnes fêtes de fin d’année en compagnie de ceux que vous aimez.

 

Sylvia Barthélémy

Présidente de la Communauté d’agglomération du Pays d’Aubagne et de l’Etoile
Vice-présidente du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône

Publié le : 
07 déc 2015