L'eau des collines,

proximité et transparence

SPL - L'eau des collines

SPL - L'eau des collines, proximité et transparence

Depuis le 1er octobre 2013, la Société Publique Locale (SPL) « L’eau des collines » a pris ses quartiers dans ses nouveaux locaux, situés au 140 avenue du Millet (Z.I des Paluds), à Aubagne.

Ses équipes, aujourd’hui constituées d’agents du service assainissement du Pays d’Aubagne et de l’Etoile mais aussi de différents corps de métiers autour de l’eau recrutés pour ce faire, ont été renforcé dans le cadre de l’évolution de la mise en œuvre des missions de la SPL.

« L’eau des collines », les temps forts

Depuis sa création, la Communauté d’agglomération exerce la compétence « assainissement » sur le territoire des 12 communes membres. En 2010, une des volontés fortes portées dans le territoire fut de confier officiellement à l’agglo la mise en œuvre de la gestion publique de l’eau et de l’assainissement. Ainsi, depuis le 1er janvier 2014, "L’eau des collines" assure les missions du service assainissement collectif et non collectif.
Et c’est au 1er juillet 2014, fin de contrat de concession avec la Société des Eaux de Marseille (SEM), qu’Aubagne et La Penne-sur-Huveaune confient la gestion de leur service de l’eau à la SPL «L’eau des collines». Quant à Cuges-les-Pins et Saint-Zacharie, elles lui confient le suivi de leur contrat de délégation en cours jusqu’en (respectivement) 2017 et 2019.
Ces 5 collectivités ont donc bien décidé de gérer l’eau et l’assainissement « en faisant appel à un outil échappant aux lois des marchés financiers et permettant une cogestion citoyenne associant les usagers », avec pour objectif de rendre accessible à tous « le meilleur service au meilleur coût. »

Les citoyens, garants de la transparence de l’eau

Comme il est de coutume sur le territoire, la population est consultée et associée à tout projet, particulièrement si ce dernier revêt un caractère aussi fort et symbolique que le retour à une gestion publique de l’eau. Le principe est d’ailleurs écrit noir sur blanc dans la charte de « L’eau des collines » qui décrit la SPL comme « un outil de cogestion citoyenne associant les usagers, l’eau étant un enjeu pour une démocratie locale vivante et novatrice ».
Première illustration de la volonté politique d’associer les usagers, la présence lors de chaque conseil d’administration de cinq observateurs issus de la société civile et sensibles à la problématique de l’eau. La directrice générale (DG) de la SPL, Béatrice Marthos, précise : « Nous réfléchissons à la mise en place d’une sorte de conseil d’usagers étendu qui rallierait des membres du conseil de développement, des associations… pour que ce groupe de la société civile puisse avoir un regard sur l’activité de la SPL, émettre des avis et des propositions. »

Un service public de proximité

Au-delà de l’implication citoyenne, « L’eau des collines » entend « tout faire pour apporter plus de proximité dans la gestion de l’eau », précise la DG qui assure également que la SPL veut instaurer « un vrai service public de proximité ». Cela se traduira, par exemple, par la possibilité pour l’usager d’appeler directement « L’eau des collines » afin d’avoir des précisions sur sa facture d’eau, ou encore de se déplacer au siège pour un accueil plus personnalisé.

#5fc8d2